VIVA CACHICATA !

09/06/2012 - Pays : Pérou - Imprimer ce message

 

Cachicata


 

Auberge de Lili et Klever a Cachicata (Perou) Cachicata - vue de l'auberge avec le


Grâce à un contact Couchsurfing, nous sommes partis à l'aventure dans un petit village à 1h30 de Cusco. Ce village n'est pas accessible en voiture. Composée d'à peu près 100 familles, Cachicata est à 45 min à pied d'Ollantaytambo, une jolie petite cité touristique d’où la majorité des voyageurs prennent le train pour le célèbre Machu Picchu.

Entre la rivière et la montagne, Cachicata se compose de deux espaces d'habitation : « la pampa » c'est-à-dire le groupe de maisons situé dans la vallée près de la rivière et « el rancho » la partie originelle du village où vivent les anciens à flanc de la montagne.

Cachicata veut développer ses attraits et son offre touristique car c'est là que les Incas extrayaient les pierres pour construire les cités environnantes. Les chemins de randonnée autour du village sont magnifiques car les vues donnent directement sur le Mont Veronika, une cime à plus de 5000 mètres d'altitude et toujours drapée d'un beau manteau blanc...

La vie à Cachicata est authentique. Chaque famille possède quelques animaux et un bout de terre. La vie tourne donc autour de l'agriculture et des bêtes. Tout le monde parle quechua même si chacun peut aussi s'exprimer en espagnol. Les jeunes se tournent quant à eux vers le tourisme (guides, cuisiniers, porteurs pour les treks).


Thierry, Mireille, Thiphaine, Bastien, Philippe, Sandra, Celine, Amélie, Rachida, Claude, Édouard, Albert, Paulette et Gertrude...


 


Nos 19 eleves qui disent La classe de Cachicata :-)))))


Nous avons enseigné deux semaines le français à l’école du village. L’école se compose de deux parties : une classe de maternelle où les 7 petits garçons viennent épisodiquement et une classe à niveaux multiples, brillamment tenue par Freddy, le professeur avec qui nous avons travaillé. 19 élèves de 6 à 10 ans nous ont donc accueilli et nous avons été agréablement surpris. Ils étaient curieux, vifs d'esprit et surtout très attentifs.


Dans cette partie du Pérou, tous les enfants du Pérou ne vont pas encore a l’école. Certains, vivant reculés dans la montagne, restent jusqu’à 8 ans avec leurs parents, prenant soin des animaux. Le prof doit toujours argumenter à Cachicata pour que les parents considèrent l'importance de l’école pour leurs enfants.


-« Bonjour », « au Reouar », « un », « deux », « twoua »-

Romaric a multiplié les supports ludiques pour faire de nos heures de français un amusement pour les enfants. Cela a été un franc succès ! Les enfants se souviennent encore -je pense- de « Frère Jacques » qu'ils chantaient à tue-tête à la fin de notre dernière séance. Nous avons confectionné avec leur aide un panneau à afficher dans la classe pour que les quelques mots qu'ils ont appris ne s'oublient pas avec le temps.

A la dernière séance, ils sont venus à tour de rôle nous embrasser et nous dire « Gracias ». De quoi verser quelques larmes !

Nous avons adoré cette expérience d'enseignement à deux, les moments d’échange avec les enfants.

Freddy, le prof, voyant le savoir-faire de Ro nous a montré toute sa confiance et nous a laissé une grande liberté.


Lili


 

Lili et Klever Cecile et Lili...aidant les parents de Klever (?)


Si on s'est rapidement attaché à ces quelques 25 bouilles d'ange qu'on recroisait régulièrement dans le village et dans nos activités quotidiennes, ces semaines ont aussi été marquées par Lili, notre hôte.


Lili, 31 ans et Klever, 30 ans, nous ont ouvert les portes de leur quotidien. Ils viennent de construire une auberge. Klever possède son agence de tourisme à Cusco et participe à des projets de développement de tourisme solidaire pour sa communauté. Lili a laissé son restaurant à Ollantaytambo pour se consacrer à l'accueil de touristes dans leur nouvelle auberge. Et quel accueil ! Lili, n’étant pas native de cette région, a du s'adapter au mode de vie assez traditionnel de Cachicata. Elle semble y prendre plaisir mais en même temps, on a eu l'impression d’être pour elle comme une bouffée d'air nouveau. Lili est un ange et elle se préoccupe naturellement du bien-être de chacun. On s'est rapidement super bien entendu.


En tant que volontaires, nous lui avons donné un coup de main pour toutes les basses besognes de son quotidien de « Cendrillon » : faire la lessive à la main, arroser sa plantation de pêchers et pommiers, son jardin, préparer la chicha, l'anniversaire de Klever, aller au marché à Urubamba le mercredi matin, monter un stand à la fête du village et surtout éplucher les légumes et cuisiner. Cela a été très enrichissant car Lili, ayant étudié la gastronomie nous mitonnait des petits plats traditionnels péruviens dignes d'une grande chef. Elle m'a transmis quelques recettes que je me ferais un plaisir de vous faire découvrir à notre retour. Je lui ai enseigné les crêpes et la quiche.

 



Les recettes de Lili

 

Cuy dans l'assiette...miam!


Les Péruviens mangent toujours selon le même menu : une soupe en entrée qui contient souvent un féculent et un morceau de viande, puis ce qu'ils appellent un « segundo » avec des légumes, des féculents et une viande. On boit avec ça un « refresco » (eau de fruit), de la « chicha morada » (eau rouge – c'est en fait de l'eau dans laquelle on a fait bouillir des grains de mais noir) ou du maté (thé ou tisane à base de plantes en particulier la coca).


Voici les "segundos" que Lili m'a enseigné :

Le « lomo saltado » – viande de b½uf cuisiné avec des petits légumes et des tomates.

La « papa rellena »- boulette de purée de pommes de terre garnies à l’intérieur de viande, de légumes et d’½uf.

Le « cuy » – les Péruviens élèvent et mangent des cochons d'inde.

La « tortilla peruana »- galette a base de farine de mais, d'oignons chinois et de pommes de terre.

Le « rocotto relleno » – sorte de poivron pimenté farci au flageolet, viande, carotte et recouvert d'une pâte à beignet.




Tonia, le « chancho » et son successeur


 

Lors de notre première semaine, Klever fêtait ses 30 ans. Nous avons donc assisté et participé aux préparatifs. A Cachicata, lorsqu'on fête un événement, on mange et on boit beaucoup. Les hôtes, Lili et Klever ont pour l'occasion tué leur cochon qui s’appelait Tonia. Voici donc quelques phots avant-apres !

 

Tonia, le On tue le cochon! Tete de cochon! L'ecole de Cachicata au pied de la montagne



Ro, qui aime beaucoup les animaux n'a pas trop souhaité prendre part à cet événement divertissant.

Il s'est, la semaine suivante, attaché au nouveau cochon venu remplacer Tonia (apparemment, un des porcelets d'une portée de Tonia), le sauvant d'une noyade dans le ruisseau en amont de la maison. Il lui portait son manger et l'arrosait en cas de soleil trop fort... Une vrai fibre pour les animaux, en particulier les cochons !


Senior de Choquekillka


 

Danseuses dans les rues d'Ollantaytambo Femme a la fete d'Ollantaytambo


Terroriste au lama a la fete d'Ollantaytambo

 

a la Corrida

 

Cecile et le pere de Klever...ssssssssssscccch! (on vous expliquera en rentrant!) Maman, grand-pere de Klever, parents d'eleves et BIERE!


L’anniversaire de Klever a été suivi de 4 jours de fête au village d'Ollantaytambo : une fête en l'honneur du Senior de Choquekillka, soit une représentation de Jésus, une fête donc qui prend source dans le christianisme mais qui est l'occasion de voir les danses et les us et coutumes de ces descendants d'Incas.


Nous avons aidé pendant ces quatre jours les parents de Klever qui cuisinaient dans le village pour nombre de convives venus de Cachicata. L'occasion pour nous de retrouver les enfants, de danser et surtout de picoler. Chaque convive participe en ramenant une caisse de bière. En sus, il y a toujours de la « chicha » à boire. La « chicha » c'est l'alcool local, une boisson à base de grain de mais fermenté... Impossible de refuser quand un Péruvien vous en propose mais vraiment très difficile à apprécier. Comme c'est un alcool fait maison, les Péruviens estiment que ça ne peut pas faire de mal. Ils en font boire aux enfants, aux femmes enceintes et eux-mêmes en boivent vraiment à outrance... Étrange expérience !


Nous avons eu beaucoup de chance pendant ces deux semaines : la chance de découvrir la vie des Andes de l'intérieur avec un ange gardien du nom de Lili, la chance d'apprendre des autres et de partager des moments authentiques, la chance d'en prendre pleins les yeux avec des paysages magnifiques, des traditions surprenantes et colorées !

 

Nous pris dans la folle ambiance d'un lundi soir de fete a Ollantaytambo!


C. 



Imprimer ce message
Syndication :
Par Solène
le 14/06/2012 à 20:48:54
Quelle belle expérience ça a du être. J'ai des amis qui ont terminé un petit tour de certains pays il y a 1 mois et qui m'ont dit ne pas avoir aimé le Pérou, le trouvant moins authentique que la Bolivie. Je pense que vous avez fait le bon choix en séjournant quelques temps dans un village typique.

PS : Dommage que les photos soient si difficiles à charger sur votre blog.

Laisser un commentaire

Copyright © Les pieds sur Terre Tous droits réservés. Theme by Laptop Geek adapté pour Kikooboo.